Article précédent sur le sujet

Besançon du 22 au 30 septembre 2012

 

Le lendemain matin je descends vers 08H15 et découvre mon cousin BIGOUdéjà debout, le café est prêt et ça fait du bien.

Petit à petit tous le monde émerge de cette longue soirée (un peu chargée il faut bien dire) car mis à part l’apéro vin et digestif nous avons superbement bien mangé…

Un énorme plat avec diverses saucisses (Morteau entre autres) et fromages du pays, salade croquante et pomme vapeur, un régal !

Même, le meilleur restaurant étoilé n’aurait pu me faire plus plaisirs….C’est dire

Mais ce matin, le temps lui fait la tête il pleut c’est gris. Qu’importe tellement de choses à se remémorer, découvrir, que le temps file à une allure folle….

Nous allons quand même nous décider dans l’après midi d’aller sur le caveau de ma famille paternelle visite qui pour moi est impérative, j’ai envie de *voir et parler* à mon père, et aux autres membres de ma famille.

P1030874.JPG


P1030876.JPG

Revoir aussi cette cité qu’ils habitaient, la maison dont je me souviens encore du numéro, 45

Boussieres-du-bas-.jpg

et ou, j’ai des merveilleux souvenirs même si, les dates sont confuses.

Entre autres les jardin en face des maisons ou nous construisions des petites maisons avec ces cerceaux et de la mouse coupée dans les forêt alentours, pour le lapin de Pâques. Ces jardin qui donnaient tant de charme à mon regret, n’existe plus.

Ceux du bord du Doux ou mon oncle et parrain faisait pousser les haricots, le lavoir.

Bref toutes ces petites choses de la vie courante

 C’est la cité des papeteries de Boussière.


Revoir le village

GoogleEarth_Image-2.jpg

proprement dit ou nous montions à pieds ou vélo pour aller le dimanche à la messe dans cette église boussieres-.jpg

qui est belle comme un cœurl-eglise-.jpg

Un peu d’histoire :

On trouve trace de l'église Saint-Étienne dès 1092. Il ne subsiste, de l'époque, que le clocher, trace peu fréquente de l'art roman en Franche-Comté.

Le curé de Boussières, Jean d'Orchamps, fit construire le porche entre 1562 et 1584, date gravée sur la pierre au-dessus de la clé de voûte de la porte. La clef de voûte de ce porche, voûté en croisée d'ogives, porte les armes de la famille d'Orchamps.

Quant à la nef, après s'être effondrée, elle fut rebâtie en 1787. On trouve dans l'édifice, dans l'angle Nord-Ouest, la première pierre de la restauration ; elle porte l'inscription « C. Chauvey, curé, 1737 ».

Le clocher et le porche fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 septembre 19131.

J’ai prélevé ces images sur : http://www.panoramio.com/photo/ elles ont été publiées ainsi que le texte historique par *-(c)MEXICORI-. * que je remercie chaleureusement.

(P.S.) je viens à peine de découvrir cet article et de merveilleuse photos alors cliquer http://rvall.over-blog.com/article-l-eglise-saint-etienne-de-boussieres-25-84861314.html

Puis sur le retour nous rendons visite à ma tante et marraine

Suite 3242

que je n’ai elle aussi, pas revu depuis plus de 51 ans...

J'y apprends des détails de ma vie d'enfant, qui me manquaient tant, des voiles se déchirent...Enfin

Mais, l'émotion même à la narration de cet épisode, de ces retrouvailles et telle que je suis obligée de terminer cet article aujourd’hui !

Eh oui, on se dit citoyens du monde,

de n’avoir que pour patrie comme je l’ai toujours dis en grec όπου ζείs καιΠ ατρίδα

(ou tu vis c'est ta patrie)!!!???

Je me rends compte aujourd’hui, que je suis profondément viscéralement attachée à ce village et que, le jour ou...

J’aimerai y reposer, dans les bras de ma famille.

Qu’on est bête quand on est plus jeune !

Retour à l'accueil